lerenard lerenard
jeudi 23 novembre 2017 | Connexion

Le Mouvement Mali Kanu – MMK

Peut-on dire que les victimes collatérales d’IBK cherchent à prendre leur revanche ? Ca a tout l’air. Les plus connus viennent en tout cas, de créer un mouvement politique dans la perspective du scrutin présidentiel de 2018. Et les pères fondateurs ont tous un point en commun.

Le récépissé portant N° 0089 MAT-DGAT a été délivré à la date du 08 juin 2017. La demande a été déposée le 20 avril 2017. Et les déclarants sont : « Mamadou Coulibaly, Enseignant, Président de l’association, demeurant à Bamako Baco-Djicoroni Rue 576, P.337… ; M. Mohamed Youssouf Doumbia, Gestionnaire de formation, Secrétaire Général, demeurant à Baco-Djicoroni Golf, Rue 780 P.536 Madame Inna Fatoumata, Ménagère, Secrétaire Administratif, Demeurant à Bamako, Badalabougou Rue 108, P.679 »

Dans ladite déclaration, il est précisé que les personnes sus-désignées « font connaitre la constitution d’une association à caractère politique dénommé « Mouvement Mali Kanu (MMK dont but est : la sauvage de la cohésion sociale et l’unité nationale, la promotion d’une école performante et apaisée, la promotion de l’emploi des jeunes et de la formation professionnelle (voir statuts)… Siège social Bamako, Sotuba Signé à la date 08 juin 2017 : P/le Ministre par délégation Générale de l’Administration du territoire, Allaye Tessougué »

Tous des anciens d’IBK…, frustrés et déçus il nous revient, au-delà des noms figurant sur le récépissé, que les véritables commanditaires sont l’ancien Premier Ministre Oumar Tatam Ly, l’ex Ministre des Finances, Mamadou Igor Diarra et l’ex-PDG de la CMDT Modibo Koné.

Le premier ministre (Oumar Tatam Ly) a démissionné avec fracas en avril 2014. Voici un extrait de sa lettre de démission : « Au regard des insuffisances et des dysfonctionnements que j’ai relevés dans la marché du Gouvernement, qui réduisent grandement sa capacité à relever les défis se présentant à lui, il m’est apparu nécessaire, de lui imprimé au sortir des élections législatives, dans un environnement institutionnel devenu moins, favorable, des évolution propre à lui conférer davantage de cohésion à le doter de compétences accrues lui permettant de mettre en œuvre les changement attendu par vous-mêmes et par le peuple Malien. Je n ai pu vous convaincre de la nécessité de ces évolutions… »

L’ex-ministre de l’économie et des finances (Mamadou Igor Diarra), a également démissionné selon certaines sources, ou limogé pour d’autre en Janvier 2016. Quant à Modibo Koné certainement pour des raisons politiques, il a été remercié en Octobre 2016.

Son bilan à la tête de la CMDT plaidait pourtant en sa faveur. L’on constate par ailleurs chacun de ses personnages n’est véritablement politique et qu’ils cherchent désormais à le devenir. Ils sont pour l’instant, des technocrates confirmés. Leur Mouvement (MMK) à caractère politique n’est que le premier pas vers une formation à proprement parler. Et pour être tous immensément riches avec des carnets d’adresse bien fournis, ils peuvent vite s’imposer. Source La sentinelle

About Author

International

La voix du renard

Chronique