lerenard lerenard
dimanche 22 avril 2018 | Connexion

Le Pm à Alger: Vers une sortie définitive de la crise

Nommé Chef de Gouvernement, Soumeylou Boubèye Maïga consacre sa première sortie à l’Extérieur du Mali à la République  Populaire Démocratique d’Algérie. Cette visite de SBM au pays d’Abdelaziz Bouteflika présage un tournant décisif dans le règlement de la crise malienne.

 

Le rôle joué par l’Algérie dans le règlement de la crise malienne est essentiel  avec à la clé la signature de l’Accord pour la Paix et la Réconciliation nationale.

Quelques jours après sa nomination à la Primature, Soumeylou Boubèye Maïga  effectue une visite de travail et d’amitié de 48 heures (les samedi et dimanche derniers) au pays frère d’Algérie en vue de renforcer les excellentes et fraternelles relations historiques que entretiennent les deux pays dans tous les domaines ainsi que du suivi de la mise en œuvre de l’Accord pour la paix et la réconciliation nationale, issu du processus d’Alger.

Ayant conduit les pourparlers qui ont abouti à la signature de cet Accord de paix avec les Groupes armés du Nord du Mali, l’Algérie préside le Comité de Suivi de l’Accord (CSA) à travers son Ambassadeur accrédité dans notre pays. Unis par l’Histoire et la Géographie, le Mali et l’Algérie entretiennent des relations particulières. Notamment sur le dossier du Nord.

Ce qui dénote que la présente visite de SBM dans ce pays voisin a des avantages : renforcer la coopération et donner un nouveau souffle à l’Accord pour la Paix et la Réconciliation nationale dont la mise en œuvre est confrontée à la mauvaise volonté des Groupes armés signataires.

Selon un Diplomate en poste à Bamako, l’Algérie connait bien toutes les parties signataires de cet Accord issu du processus d’Alger et occupe une position incontournable dans le processus de sortie définitive de cette crise que traverse le Mali. Elle peut interpeler chacune des parties adverses au respect de l’Accord et, au besoin, elle est capable de prendre des sanctions.

Pour ce dernier, le séjour de SBM en Algérie (si seulement elle est d’accord) va permettre ‘’certainement’’ de mettre les choses à leur place en ce qui concerne les agissements belliqueux des groupes signataires.  Selon le Diplomate, après la France, c’est l’Algérie qui détient la clé.

Signé en 2015 à Bamako, l’Accord pour la Paix et la Réconciliation nationale, malgré tous les sacrifices consentis par le Gouvernement, ce dossier n’a pas atteint tous ses objectifs. Il s’agit, parmi tant d’autres, du retour des déplacés au pays, du retour de l’Administration dans toutes les localités du Nord et le Désarmement Démobilisation et Réinsertion des troupes des ex rebelles.

La nomination de SBM à la Primature entend répondre aux attentes des Maliens. Conscient de cette mission, l’ancien Secrétaire Général de la Présidence de la République ne veut pas perdre du temps. 24 Heures après sa nomination, il a reçu des Ambassadeurs accrédités au Mali dans son Bureau, a rendu visite aux familles fondatrices de Bamako et a rencontré, le 11 janvier, le Chef de file de l’opposition politique et les principaux Responsables qui la composent.

Cette démarche participative enclenchée par le Chef de Gouvernement se veut inclusive. Pour que toutes les forces vives du pays soient associées à la recherche d’une sortie de crise.

Un grand ami de l’Algérie, selon ses proches, le Premier Ministre Soumeylou Boubèye Maïga doit réussir sa mission là où ses prédécesseurs ont échoué.

About Author

International

La voix du renard

Chronique