lerenard lerenard
jeudi 26 avril 2018 | Connexion

Revue de Presse

Le projet de révision constitutionnelle, domine la Une de la presse, à côté de la mort d’un présumé chef djihadiste.

Cartons rouges au président Ibrahim Boubacar Keita’’, écrit le quotidien le Combat. L’objectif de la manifestation était de montrer un carton jaune au président pour signifier leur désapprobation de la loi, ‘’mais l’ancien premier ministre Soumana Sacko, lui, semble déjà sorti le carton rouge’’, explique le confrère.

‘’Une marée humaine s’est mobilisée samedi contre le texte’’, titre l’Indépendant qui estime le nombre de manifestant entre 2000 et 3000 personnes.

Le quotidien le Républicain, proche de l’opposition, lui, écrit que les opposants à la loi de révision constitutionnelle sont ‘’ plus que jamais déterminés pour le retrait du projet.’’ Ce qui laisse entrevoir la possibilité de l’organisation d’une nouvelle manifestation. Même le quotidien gouvernemental, d’habitude très réservé sur des sujets du genre, y va de son commentaire : ‘’touche pas à ma constitution, était le principal slogan de milliers de Bamakois qui ont marché samedi pour exiger le retrait pur et simple du projet de loi.’’

En revanche, Info-Matin, le quotidien proche du parti au pouvoir, le RPM, tente de faire un pied-de-nez aux partisans du non. Le journal ironise : ‘’le Non recule, des mineurs à la rescousse, le Oui émerge’’, le tout est écrit sur plusieurs photos en mosaïque de la manifestation. Le journal se montre des photos de mineurs en t-shirt des opposants au référendum.

L’autre actualité phare, c’est la mort d’un djihadiste présumé de premier rang. ‘’Un proche de Amadou Kouffa, auteur de plusieurs récentes attaques, abattu par l’armée’’, indique l’Indépendant. Son nom , c’est Békaye Sangaré, il a été tué au cours d’une opération de l’armée près de Djenné dans le centre du Mali, précise le journal. ‘’Les forces armée maliennes s’offrent un de leurs bourreaux’’, écrit le quotidien le Combat. Le journal ajoute que ‘’le chef djihadiste qui vient d’être tué était l’auteur de plusieurs attaques dans le centre de notre pays dont celles des postes de gendarmeries et de douane de Benena, près de la frontière burkinabè.’’

A l’image d’autres quotidiens, Info-Matin se réjouit de la nouvelle de la mort du responsable du front de libération du Macina, groupe djihadiste fondé par le prédicateur radical malien Amadou Koufa.

Les huit soldats maliens pris en otage ont été exécutés, met en ligne Malijet. Portés disparus depuis dimanche 9 juillet après un accrochage avec de présumés jihadistes à une soixantaine de kilomètres de Ménaka, les huit militaires maliens ont été exécutés hier dimanche par les djihadistes.

L’émissaire des nations unies pour l’Afrique de l’ouest, a mis en garde contre le risque d’une extension du conflit malien aux pays de la région, souligne Saharamédias. Devant le conseil de sécurité, Mohamed Chambass a déclaré que l’insécurité en territoire malien s’élargit désormais au Burkina et au Niger à travers des opérations meurtrières, notamment dans les zones frontalières. Il a ajouté que la région Leptako-Gorma à la frontière commune des trois pays, a connu ces derniers temps davantage de violence dont des attaques coordonnées à travers les frontières contre des positions militaires. Chambass a ajouté que les trafiquants de drogue, les passeurs et les marchands d’armes traversent les frontières et s’installent provisoirement avant de se rendre dans d’autres zones, selon Saharamédias. Le Renard-mali

About Author

International

La voix du renard

Chronique