lerenard lerenard
samedi 18 novembre 2017 | Connexion

Le Mois de la solidarité, la justice, le foncier, à la Une des quotidiens

Célébré chaque année en octobre au Mali, le Mois de la solidarité est à la Une du quotidien gouvernemental l’Essor. « C’est parti pour une semaine de consultations gratuites pour les personnes âgées », titre le journal qui précise que « la médecine générale, l’ophtalmologie, la cardiologie, la neurologie, et surtout le diabète » sont les domaines de consultation retenus à la Maison des ainés pour cette 23ème édition du Mois de la solidarité.

L’Indépendant un autre quotidien, fait sa une sur le procès du chef de file de l’ex-junte militaire, le général Amadou Haya Sanogo, en prison depuis plusieurs années. « Le ministre de la Justice, Mamadou Ismail Konaté, à propos du procès de Amadou Haya Sanogo et co-accusés, a indiqué que l’expertise sera disponible d’ici la fin du mois. »

Le même journal met l’accent aussi sur les réalisations sociales et culturelles de l’AN IV de IBK mises en exergue au cours d’un plateau télévisé. Selon la source tous les indicateurs sont au vert malgré un contexte difficile.

Le quotidien le Républicain se fait l’écho de la session ordinaire d’octobre de l’Assemblée nationale, indiquant que 61 projets de loi sont sur la table des députés pour cette session. Il rapporte un extrait du discours du président de l’Assemblée nationale Issaka Sidibé, qui fixe le cap de la session ouverte lundi. « Nous aurons ainsi à nous prononcer, entre autres, sur les projets de loi portant règlement des budgets d’Etat 2014 et 2015, le projet de loi relatif à l’état de siège et à l’état d’urgence, de même que le projet de loi portant modification de la Loi relative à la protection des données à caractère personnel en République du Mali … »

Le quotidien le Combat interpelle le ministre de domaine de l’Etat face aux multiples problèmes soulevés dans le pays. « Spéculation foncière à Kati, la réaction du ministre Bathily se fait attendre. » Le journal souligne l’importance d’agir face à la situation de Kati : « A l’image d’un appel à la barre auquel il devrait répondre séance tenante ou tout au moins dans les heures qui suivent, le ministre Mohamed Ali Bathily a choisi, pour l’heure, le silence », s’indigne le journal.

RFI annonce un mouvement de colère des femmes de Kidal. Le mouvement fait suite à une opération d’arrestations menée dans des maisons de cette ville du nord du Mali dans la nuit de samedi à dimanche. Selon plusieurs sources sur place, l’opération aurait été menée vers 4h du matin contre deux maisons appartenant à Mahamadou Ag Rhissa, un commerçant transporteur opérant surtout à la frontière Mali-Algérie. Sept personnes auraient été arrêtées. Elles reprochent à la force Barkhane d’être intervenue avec explosifs et armes automatiques en pleine ville et d’avoir incendié délibérément des véhicules.

Des bandits braquent trois cars de transport, annonce Kibaru. Cela s’est passé sur l’axe Douentza-Hombori, dans le centre du Mali. Les assaillants ont érigé de faux barrages avant d’ouvrir le feu sur les véhicules afin de les immobiliser. C’est ainsi que les passagers mis à plat ventre ont été dépossédés de tous leurs biens (argent téléphones et objets de valeur). Par ailleurs, les assaillants ont également ont également débarqué une femme du véhicule pour la violer publiquement, soupire Kibaru.

La Conférence épiscopale inquiète après des attaques contre des catholiques, annonce RFI. La semaine dernière dans la localité de Dobara, située au centre du Mali, de présumés jihadistes armés ont fait irruption dans une église. Ils ont tout détruit. Pour l’Eglise, ce n’est sûrement pas une action isolée. D’autres attaques contre les chrétiens avaient été déjà menées par les mêmes présumés jihadistes au centre du Mali, c’est pourquoi la Conférence épiscopale se dit très inquiète.

Vive tension à Kadiolo, met en ligne Malijet. Le célèbre jeune animateur Sadia Camara de la radio Folona, anime une émission dénommée allo-allo pour ses fidèles auditeurs. Cette émission a pour objectif de dénoncer tout ce qui ne va pas dans la société particulièrement dans les services publics et entre autres. Hier, l’émission évoquait le comportement de deux femmes qui travaillent au CSCOM dont une est la femme du sous-préfet. Pendant l’émission, les auditeurs ont beaucoup critiqué ces deux dames qui abusent de leur pouvoir. Beaucoup d’autres choses au sein du CSCOM ont été dénoncées par les auditeurs. Il est reproché aux deux dames par exemple l’augmentation des frais d’accouchement de 1000 francs à souvent 20 000 FCFA voire plus. C’est suite à cette dénonciation que le préfet de Kadiolo a ordonné la fermeture immédiate de la radio Folona pour incitation à la violence. La population est mécontente de sa décision et exige son annulation pure et simple. Lerenard-mali.net

About Author

International

La voix du renard

Chronique