lerenard lerenard
samedi 18 novembre 2017 | Connexion

Revue de Presse du mercredi 6 septembre 2017

A la Une: des sanctions au Mali pour ceux qui s’opposent à la paix

Le Conseil de sécurité de l’ONU a voté à l’unanimité hier l’instauration d’un régime général de sanctions pour le Mali. A terme, les diplomates pourront donc décider de sanctionner par une interdiction de voyager ou un gel des avoirs les individus ou entités accusés d’entraver le processus de paix au point mort. Avec ce régime de sanctions puis la mise en place d’un comité d’experts chargé de leur bonne application, l’ONU espère donc mettre un terme à l’impunité qui règne dans le pays et qui encourage une culture de corruption qui contribue à l'instabilité et à l’insécurité, annonce RFI

« Le Conseil de sécurité de l’ONU, pointe Malijet, Une résolution créant un régime général de sanctions pour le Mali où les entraves au processus de paix et de réconciliation se multiplient. Le texte prévoit la possibilité d’interdictions de voyages et de gels d’avoirs pour les individus ou les entités liés à des violations du cessez-le-feu, à des obstructions à la mise en œuvre de l’accord de paix, à des attaques contre les forces armées maliennes ou les casques bleus, à des violations des droits de l’homme ou des obstacles à l’acheminement d’aide humanitaire. »

Des sanctions internationales pour aider le Mali à se reconstruire, écrit euronews. Cessez-le-feu sans cesse ignoré, attaques meurtrières contre des Casques bleus chargés de faire respecter l’accord de paix de 2015, le conseil de sécurité des Nations unies, à la demande du gouvernement malien, a dit oui à la mise en place d’un régime de sanctions et d’un comité chargé d’identifier les individus ou entités fautives. C’est la France et son ambassadeur François Delattre qui ont porté le texte

Les appliquer !

Interrogé par l’Indicateur Renouveau à Bamako, Almou Ag Mohamed, l’un des leaders de la Coordination des mouvements de l’Azawad se dit favorable à une telle mesure : « au niveau de la CMA, nous pensons que c’est une bonne chose, affirme Almou Ag Mohamed. Nous avons d’ailleurs demandé à la méditation depuis fort longtemps de mettre en œuvre des sanctions contre les violeurs de l’accord et des droits humains, mais rien ! C’est toujours le même jeu d’équilibriste de la part de la Minusma qui ne parvient même pas à appeler le chat par son nom quand il y a violation, encore moins situer les responsabilités. »

Explosion de mine, annonce la MINUSMA. Hier vers 14 heures, un véhicule faisant partie d’un convoi logistique de la MINUSMA a heurté une mine ou un engin explosif à environ 15 km d’Aguelhok (région de Kidal) alors qu’il se rendait en direction de Tessalit. L’explosion a entraîné la mort de deux Casques bleus. Deux autres, grièvement blessés, ont immédiatement été évacués par la MINUSMA pour recevoir des soins médicaux appropriés, selon la MINUSMA.

Observateur Ali24, évoque d’une tentative d’enlèvement d’un véhicule des Famas à Ménaka. Tôt ce matin vers 5 heures du matin à Menaka, quand nos nos famas se rendaient au marché pour enlever de la viande auprès d'un boucher, il y a eu un échange de tirs entre les famas et les terroristes qui voulaient enlever un de nos véhicules. La riposte de l'armée Malienne a obligé les terroristes à prendre la tangente. Nous déplorons un mort du côté de nos FAMA.

Faut-il négocier avec Iyad Ag Ghali et Amadou Kouffa ? Ils se sont auto-exclus en tuant, en choisissant le terrorisme comme mode d’action, explique le président IBK, qui ajoute que s’ils veulent revenir dans les rangs, pourquoi pas, mais ils répondront de leurs crimes, rapporte l’Indicateur du Renouveau. Lerenard-mali.net

About Author

International

La voix du renard

Chronique