lerenard lerenard
samedi 18 novembre 2017 | Connexion
×

Avertissement

JUser::_load : impossible de charger l'utilisateur ayant l'ID 397

Lutte contre la faim au Sahel : le Mali a finalisé son document sur les "Priorités de résilience pays"

Le Mali a finalisé son document des "Priorités de résilience pays" (PRP) dans le cadre de l'Alliance globale pour la résilience au Sahel scellée à Ouagadougou en 2012 et qui a pour objectif principal de combattre la faim dans les régions du Sahel. L'atelier de finalisation du PRP -Mali s'est déroulé les 15 et 16 août à Bamako et a enregistré la participation de tous les acteurs du processus.

La cérémonie d'ouverture a été présidée par le secrétaire général du ministère de l'Agriculture, Dr. Abdoulaye Hamadoum en présence du représentant de la FAO, chef de file des partenaires techniques et financiers et le secrétaire exécutif du CILSS, Djimé Adoum.

Rappelons que le Mali s'est inscrit depuis 2012 dans la démarche stratégique régionale visant la "faim zéro" à l'horizon 2035. Le Mali s'est ainsi engagé à renforcer davantage la résilience des populations vulnérables à l'insécurité alimentaire et nutritionnelle et cela, dans le cadre de l'Alliance globale pour la résilience au Sahel et en Afrique de l'Ouest. Agir est un partenariat politique scellé en décembre 2012 à Ouagadougou au Burkina-Faso. Son objectif est de renforcer la résilience des vulnérables au Sahel.

Après l’atelier régional de lancement des dialogues inclusifs  en 2012 à Cotonou,  le Mali a été parmi les premiers pays à avoir initié son dialogue inclusif qui a été suivi par  la formulation des priorités résilience pays (PRP-Agir). Sans tarder, le Mali a également mis en place un point focal Agir et un groupe de travail restreint pour accélérer la mise en œuvre  du processus de dialogue inclusif pays. Toutes choses qui ont  abouti à la mise en place d'une plateforme multisectorielle et multi-acteurs, représentant l'ensemble des parties prenantes.

Au Mali, 4 piliers de résilience ont été retenus dans le document PRP-pays, lesquels piliers couvrent l'ensemble des domaines d'appui à apporter aux vulnérables pour améliorer leurs conditions. Il s'agit de restaurer, renforcer et sécuriser les moyens d'existence et améliorer la protection sociale des communautés et ménages vulnérables; renforcer la nutrition des ménages vulnérables; renforcer durablement la productivité agricole et alimentaire, les revenus des plus vulnérables et leur accès aux aliments ; et enfin renforcer la gouvernance en matière de sécurité alimentaire et nutritionnelle.

Adopté en 2015 lors de la 3é réunion du comité de dialogue inclusif pays, le document PRP-Mali comportait, selon le représentant du ministre de l'Agriculture, des incohérences et d'insuffisances. C'est  pourquoi, a-t-il ajouté, cet atelier de 2 jours  a été initié afin de permettre aux acteurs ayant participé à la conception du document (PRP) d'y apporter les correctifs conformément aux recommandations de la commission technique de l'Alliance globale pour la résilience.

Au cours de l'atelier de finalisation, les participants ont analysé la version officielle du PRP-Mali sur 20 ans, en proposant une feuille de route pour la suite. Aussi, ils ont finalisé la réflexion sur le dispositif institutionnel et le mécanisme de coordination à mettre en place au niveau national et déconcentré.

Le secrétaire général du ministère de l'Agriculture a saisi l'occasion pour saluer les partenaires (l'Union européenne, la FAO et le PAM pour leurs appuis qui n'ont pas fait défaut tout au long du processus d'élaboration du PRP-Mali. Il a également apprécié et salué l'approche participative et inclusive  du CILSS, de la Cédéao et de  l'Uémoa au cours du processus Agir.

Le représentant de la FAO a assuré que l'appui des partenaires ne fera pas défaut tant qu'il s'agit de combattre la faim ou d'améliorer les conditions de vie des personnes vulnérables.

About Author

International

La voix du renard

Chronique