lerenard lerenard
samedi 18 novembre 2017 | Connexion

Un jardin alimenté par les tweets de Donald Trump

Pendant deux mois, l’artiste autrichien Martin Roth a créé un jardin éphémère, où la lumière nécessaire aux plantes est fournie par l’activité de comptes Twitter, dont celui du président des Etats-Unis.

Chaque tweet n’est-il qu’une goutte d’eau dans l’océan des réseaux sociaux ? Peut-on se prémunir de ces déluges bavards et inventer une utilité à ces torrents de messages plus ou moins vains ? C’est l’idée assez subversive d’un artiste autrichien, installé à New York, Martin Roth, qui a créé pendant deux mois un jardin artificiel alimenté par l’activité débordante de quelques utilisateurs prolixes de Twitter. Parmi les comptes qui ont déclenché la croissance et l’arrosage : celui de Donald Trump, l’impulsif et compulsif président américain, qui persiste à diriger les Etats-Unis à coup de messages de 140 caractères.

Au printemps dernier, dans un centre culturel du quartier de Midtown, à Manhattan, l’artiste a installé cinq rangées de plants de lavande, au milieu d’un décor de sous-bois et sous une lumière artificielle qui stimule la croissance des fleurs.

Signe particulier de cette installation techno-végétale, la pièce était sans fenêtre et la photosynthèse nécessaire à la croissance des plantes n’était déclenchée que par un procédé complètement artificiel : ce sont les centaines de tweets provenant du compte du président américain, de ceux de quelques leaders du parti conservateur ou encore de médias réputés proches de Donald Trump, comme la chaîne FoxNews, qui ont fourni la lumière du « jardin ».

Lutter contre le flux anxiogène des réseaux sociaux

L’intensité lumineuse de la serre variait avec l’activité de Twitter, à travers un algorithme inventé par l’artiste : plus les messages de Trump et de son entourage étaient retweetés, plus la lumière devenait intense, permettant aux lavandes de s’épanouir.

La démarche de l’artiste se voulait un acte de douce résistance, face à une administration qui réduit la pensée politique en 140 caractères. La lavande, plante médicinale célèbre aux vertus calmantes, n’a d’ailleurs pas été choisie au hasard : elle symbolise, aux yeux de Martin Roth, le remède souverain au flux anxiogène de petites phrases tonitruantes et de fake news.

L’installation éphémère est désormais terminée, et malgré la réussite de son installation, Martin Roth n’envisage pas pour l’instant de la rééditer ailleurs aux Etats-Unis : « J’avais choisi ce lieu à New York, explique le créateur, car il est situé à deux pas de la Trump Tower, transformée en bunker depuis que son propriétaire est devenu président. Face à ce déploiement impressionnant de forces de sécurité, le contraste avec un calme jardin était intéressant. »

Et avec un Donald Trump qui a un usage immodéré de Twitter, les plantes se sont effectivement portées à merveille ! Le compte personnel du 45e président américain est suivi par 34 millions de personnes, et le moindre de ses avis est relayé en moyenne 20 000 fois… De quoi stimuler la croissance végétale, à défaut de nourrir le débat d’idées !

About Author

International

La voix du renard

Chronique