lerenard lerenard
dimanche 22 avril 2018 | Connexion

Biennale artistique et culturelle 2017: La commission spéciale d’organisation à pied d’œuvre

A quelques jours de l’évènement artistique et culturel tant attendu à Bamako, les organisateurs sont actuellement sur les derniers réglages pour que la fête soit belle. Ils promettent déjà une biennale inédite. Pour cela, ils ont organisé une conférence de presse, le mardi dernier, au Mémorial Modibo Kéïta de Bamako.

 

La conférence de presse était animée par le Secrétaire Général du Ministère de la Culture, Odongulé Guindo, entouré de Sambou Niaré, membre de la commission d’organisation de la Biennale et Sidi Dagnoko, Président du GPAC. Dans son intervention, le Secrétaire Général du Ministère de la Culture, Odongulé Guindo, a fait savoir qu’après six ans d’interruption de cette manifestation, suite à la crise multidimensionnelle que notre pays est en train de traverser, le Gouvernement malien, dans son combat pour la recherche d’une paix durable et définitive, s’est engagé à donner une réponse favorable à l’une des plus grandes attentes des communautés, à savoir la reprise effective de cette Biennale artistique et culturelle.

 

En effet, de Kayes à Kidal, en passant par Bamako, Koulikoro, Sikasso, Ségou, Mopti, Tombouctou, Gao, Ménaka et Taoudéni, sur toute l’étendue du territoire national du Mali, les populations ne cessent de réclamer la reprise de cette activité artistique et culturelle.

 

A l’en croire,  cette Biennale qui est un espace de rencontres et d’échanges intercommunautaires, créée aux premières heures de l’Indépendance de notre pays, a pour but initial de favoriser les brassages et l’interpénétration des populations et contribuer à l’émergence d’une Culture de paix et de citoyenneté à l’échelle nationale.

 

Aujourd’hui comme hier, le défi de la préservation de l’Unité nationale et de la nécessité de la promotion du patrimoine culturel et des valeurs traditionnelles de ce pays font que les objectifs reconnus à la Biennale artistique et culturelle gardent toujours leur caractère prioritaire.

 

Connue sous différentes appellations au cours de son Histoire, à savoir « Semaine de la Jeunesse », « Semaine nationale des Arts et de la culture », « Biennale artistique, culturelle et sportive » ou « Biennale artistique et culturelle », cette manifestation  traditionnelle et populaire met en compétition les formations artistiques, les artistes et créateurs venus des communes, Cercles et Régions de l’ensemble du pays.

 

Grâce à sa forte capacité de mobilisation de l’ensemble de la jeunesse malienne, la Biennale constitue un cadre propice au dialogue interculturel, au renforcement de l’identité nationale et à la conscientisation du Peuple malien tout entier face aux défis du développement socio-économique.

 

Doté d’une grande capacité fédératrice, cette Biennale a ainsi marqué les moments les plus éloquents de la vie socioculturelle de notre pays, à travers la consolidation de l’Unité nationale et l’ancrage de la culture de la paix chez les populations.

 

Forte de ces résultats, déjà acquis, l’édition spéciale de Bamako 2017, qui ouvre ses portes à partir du 24 décembre 2017, se veut inclusive. A ce titre, au-delà de la participation des communautés, à travers des Délégations venues des dix (10) Régions du pays et du District de Bamako, cette édition verra une implication particulière de l’ensemble de la jeunesse malienne, de la diaspora, à travers les Maliens de l’Extérieur, ainsi que de l’association des personnes vivant avec un handicap.

 

Une participation de l’ensemble des sensibilités de notre pays y est fortement attendue. 

Avec l'Observateur

About Author

International

La voix du renard

Chronique