lerenard lerenard
vendredi 24 novembre 2017 | Connexion

Koulikoro: La mésaventure des honorables députés de la commission mine et industrie

Pour une autorité, aucune humiliation n’est au-dessus de la désobéissance d’un inférieur. Pourtant c’est ce qui d’est passée le mardi dernier (22 Août), lors du passage des honorables députés de la commission mine et industrie dans le cadre de la rencontre avec les travailleurs compressés de l’HUICOMA. Au programme de voyage parlementaire dans la cité du Méguetan, il était prévu une visite sur le site des ruines de l’HUICOMA. Après les échanges dans la salle de conférence du gouvernorat, les parlementaires et les responsables régionaux se rendus sur le site de l’unité industrielle pour s’enquérir de la situation dans laquelle se trouve l’Usine en ce moment afin d’ étoffer le rapport de la visite.

Sur place qu’est ce qui n’a pas été la grande stupéfaction de tous, lorsque le gardien de l’usine a refusé catégoriquement d’ouvrir la porte de l’établissement parce qu’il n’a pas reçu d’ordre ?

Les autorités éberluées et flagellées, sont rentrées en contact des responsables de l’unité industrielle à Bamako pour trouver la solution. Là non plus, peine perdue, pas de réponse favorable. Leur interlocuteur a exprimé le même refus, car n’ayant pas reçu d’autorisation de la part du premier responsable de l’HUICOMA qui n’est que Aliou Tomota présentement en déplacement en France. Les autorités qui espéraient avoir le cœur net par rapport l’état de dégradation de l’Usine, n’ont eu d’autres desseins que de se résigner et consommer l’humiliation qui venait de se produire devant leur yeux.

Au chef de la délégation l’honorable Chiaka Togola, d’affirmer que tout cela dénote de la complexité du dossier de l’HUICOMA pour la commune de Koulikoro.

A signaler que cette délégation s’était rendue à Koulikoro pour échanger avec les victimes de la compression exagérée lors de la privatisation de l’HUICOMA il y a 10 ans et les acteurs engagés dans la lutte pour la restauration de l’HUICOMA, afin de recueillir les informations nécessaires pour provoquer une interpellation des ministères concernés par le dossier.

Les membres de la délégation se sont engagés ce jour-là, à trouver toutes voies de recours pour trouver une solution définitivement au payement des droits des travailleurs licenciés et la réouverture de l’Usine à genou depuis sa privatisation. Source  Nayté

About Author

International

La voix du renard

Chronique