lerenard lerenard
samedi 18 novembre 2017 | Connexion
×

Avertissement

JUser::_load : impossible de charger l'utilisateur ayant l'ID 397

Le Centre Universitaire de Recherche Economique et Sociale (CURES) ouvre ses portes

Le jeudi 28 septembre 2017,  la Faculté des Sciences Economiques et de Gestion FSEG a abrité la cérémonie du lancement officiel des activités du CURES. L’événement a mobilisé plusieurs  acteurs de l’enseignement supérieur dont le recteur de l'Université des Sciences Sociales et de Gestion de Bamako, professeur Samba Diallo.

 

Combler un vide en matière de politique de développement économique et d’innovation en vue du développement durable, c’est la mission assignée au centre à en croire  ses responsables.

 

 A travers le Master en Economie Appliquée au Développement(MEAD) et le Laboratoire en Economie Appliquée au Développement (LEAD), le CURES entend jouer sa partition dans le domaine de la recherche appliquée au développement économique et social dans notre pays. ‘Les détenteurs du MEAD pourront servir dans l’enseignement, l’expertise dans les cabinets d’études et de conseils, ainsi qu’au niveau de l’administration publique’’, explique professeur Fotigui Camara, coordinateur principal du centre.

 

Par ailleurs, le professeur Camara indique que les travaux du centre seront orientés sur les développements récents de l’analyse socioéconomique, les recherches pluridisciplinaires ainsi que la formation de chercheurs spécialisés en développement, en gestion des ressources naturelles et des territoires.

 

A sa suite, le Dr Issoufou Soumaila, le Professeur Sadio Thiam ainsi que le chef de DER Salif Diop, représentant du Doyen Ousmane Papa Kanté empêché, ont presque tous abondé dans le même sens. Selon eux, le CURES contribuera sans doute au développement durable de notre pays.

Quant au  Recteur de l’USSGB, le Professeur Samba Diallo, il a remercié l’ensemble des partenaires qui ont facilité la mise en œuvre du CURES avant de conclure par  cette adresse aux étudiants : ‘’Travailler pour sa foi, pour soi, pour sa famille. Travailler pour son pays en se sentant concerné par ce qui s’y passe, en s’investissant à le rendre meilleur, en s’en préoccupant, en accomplissant son obligatoire devoir de génération. En justifiant, de cette façon, de son existence propre. Car il n’y a de vie que de travail’’.

Les jeunes dans la salle étaient acquis. Les applaudissements fusaient de par tout. Ils semblent avoir désormais compris le chemin qui devrait être le leur pour parvenir à la renaissance de l’Afrique et celle du Mali. Car, les propos du Recteur Diallo étaient plein d’enseignements et rappelaient ceux de Nelson Mandela s’adressa aux jeunes sud-africains à sa sortie  de la prison de Robben Island, après vingt sept ans de détention : « Retournez à l’école, apprenez et travaillez ; vous créerez un monde nouveau ! », avait lancé celui  dont le charisme dépassera par la suite les frontières de l’Afrique.

Retenez que le CURES a été créé par l’ arrêté n°2016 MESRS du 13 juin 2016,sa mission : identifier et étudier les problèmes économiques et sociaux, conduire la réflexion sur la recherche fondamentale et la recherche appliquée au développement, animer le débat scientifique dans les domaines des sciences économiques, sociales, humaines et de gestion, mais également contribuer à la formation et au perfectionnement des cadres de l’administration publique et privée grâce à ses  filières de formation : Economie et Politique Agricole (EPA) et l’Economie du Travail et des Ressources Humaines (ETRH).

 

About Author

International

La voix du renard

Chronique