lerenard lerenard
dimanche 19 novembre 2017 | Connexion
×

Avertissement

JUser::_load : impossible de charger l'utilisateur ayant l'ID 397

Des scientifiques britanniques ont découvert que le cerveau des enfants nés prématurément vieillissait plus rapidement que la moyenne : une découverte inquiétante.

En France, 8 % des bébés sont pressés de voir le jour. On parle de « prématurité » lorsque la naissance survient avant 35 semaines de grossesse, de « grande prématurité » lorsque Bébé arrive avant 31 semaines de grossesse, voire de « très grande prématurité » lorsque l'heureux événement arrive avant la fin de la 29ème semaine de grossesse. Cette condition est liée à un certain nombre de problèmes de santé : les enfants prématurés ont plus de risques que les autres de souffrir d'hyperactivité, d'autisme, de difficultés scolaires...

Des chercheurs du King's College London (en Grande-Bretagne) viennent de faire une découverte inquiétante : le cerveau des enfants prématurés vieillirait plus rapidement que la moyenne. Pour en arriver à cette conclusion, les scientifiques ont travaillé avec 328 personnes nées prématurément, avant la fin de la 33ème semaine de grossesse en moyenne. Ces volontaires ont dû subir un examen IRM à l'âge de 20 ans puis à l'âge de 30 ans. En parallèle, un groupe de contrôle était composé de 232 adultes nés à terme.

MOINS DE MATIÈRE GRISE DANS CERTAINES ZONES DU CERVEAU

Résultat ? Les scientifiques britanniques ont découvert qu'à l'âge de 30 ans, les adultes nés prématurés avaient un volume de matière grise inférieur à celui observé au sein du groupe-témoin ce qui, selon eux, révèle un vieillissement du cerveau plus rapide que la moyenne : « nous avons notamment constaté un volume de matière grise plus faible dans certaines zones du cerveau liées aux émotions et à la mémoire ».

« Des études complémentaires seront nécessaires afin de déterminer l'impact de cette maturation cérébrale précoce sur la vie quotidienne des personnes nées prématurément » ajoutent les chercheurs, qui ont publié leurs travaux dans la revue spécialisée Neuroimage.

About Author

International

La voix du renard

Chronique