lerenard lerenard
samedi 18 novembre 2017 | Connexion
×

Avertissement

JUser::_load : impossible de charger l'utilisateur ayant l'ID 397

Le sport en chiffres sous IBK : Tous les records pulvérisés en 4 ans !

En 4 ans, le Mali, grâce au dévouement du ministre des Sports, Housseini A. Guindo, a participé à plus de 170 compétitions internationales, glané 396 médailles dont 154 en or, 124 en argent et 118 en bronze.

Malgré un manque de moyen pour accompagner dignement la volonté politique clairement affichée lors des différentes déclarations de politique générale des premiers ministres successifs, le sport est incontestablement de loin la grande satisfaction des 4 premières années du président IBK.  Ce mérite  revient significativement au ministre des Sports pour la quasi-totalité des observateurs.

Pour matérialiser cette ambition présidentielle, Housseïni Amion Guindo n’est pas allé avec le dos de la cuillère en toute loyauté et dévouement. En dépit de son poids politique, il a accepté d’honorer IBK à travers ce portefeuille que certains qualifiaient à l’époque de strapontin et de cadeau empoisonné après l’ablation de la jeunesse.

Au-delà de sa longévité à ce poste, le ministre Guindo à travers son bilan pulvérise tous les records dans le secteur du sport au Mali. En 4 ans, notre pays à travers une trentaine de fédérations sur les 34 a participé à plus de 170 compétitions internationales officielles, glané 396 médailles dont 154 en or, 124 en argent et 118 en bronze, sans les plus récentes.

Selon les observateurs, du président Modibo Keita à ATT, jamais notre pays n’avait participé à autant de compétitions internationales et glané autant de médailles. Du commissaire Moussa Keita en 1960 au ministre Housseïni Amion Guindo en 2017, les hommes se suivent au département des Sports, mais ne se ressemblent pas. Quand la volonté politique et le patriotisme se rencontrent, le résultat ne peut qu’être au rendez-vous, comme disait l’autre. Aujourd’hui, le président IBK ne pouvait mieux choisir au ministère des sports. Déterminé, disponible, ouvert et pragmatique, le ministre Housseïni Amion Guindo figure parmi les rares ministres de l’histoire du Mali a brisé tous les protocoles pour satisfaire l’ensemble des acteurs de notre sport. Son retrait volontaire de la gestion financière du département acté par le Premier ministre d’alors est un signe de transparence.

Plus que jamais, la communion d’action instaurée entre les acteurs du mouvement sportif est entrain de porter ses fruits. Loin d’être le résultat de sa seule personne, le ministre Guindo admet la nécessité de la conjugaison des efforts à tous les niveaux.

Dans tous les compartiments, en 4 ans notre pays a rattrapé son retard de plusieurs décennies. La clairvoyance et la détermination du ministre des Sports y sont pour beaucoup.

Grâce à un accompagnement constant des différentes fédérations, les sportifs maliens sont beaucoup plus présents sur le théâtre des compétitions internationales. D’un statut de figurant, ils sont aujourd’hui des candidats sérieux pour les podiums en Afrique et partout à travers le monde.

Les sièges attribués à l’ensemble des fédérations, les subventions allouées et les motivations triplées par le département des Sports sont les réelles raisons du renouveau de notre sport. Sur les 34 fédérations reconnues par l’Etat, une trentaine, en 170 sorties, ont participé à des compétitions internationales pendant les quatre premières années du président IBK. Ces joutes ont permis à nos représentants de glaner plus de 395 médailles dont 154 en or, 124 en argent et 118 en bronze. Selon les amateurs de statistique, jamais le Mali n’a connu autant de succès sous un mandat.

Concernant le nombre de participation aux différentes compétitions, le football se taille la part du lion avec 27 sorties, suivi du basket avec 19, de l’athlétisme avec 16, du taekwondo avec 12 et du handisport avec 9.

Le record de la bonne étoile du chef de l’Etat ne se limite pas au nombre de compétitions et de médailles, l’effort financier consenti s’élève à plusieurs milliards de F CFA. Pour les observateurs, à ce niveau aussi, les 4 années d’IBK bas tous les records.

Le Katois

About Author

International

La voix du renard

Chronique